Le PECA, c’est quoi ?

Le Parcours d'Éducation Culturelle et Artistique (PECA) s’inscrit dans le cadre du Pacte pour un Enseignement d’excellence et est constitué de l’ensemble des expériences culturelles et artistiques vécues par les élèves dans le temps scolaire. Le PECA intègre le cours d’éducation culturelle et artistique (et le référentiel ECA associé) mais ne s’y limite pas, puisqu’il reprend également toutes les autres expériences culturelles et artistiques vécues par les élèves. Il a également vocation de nourrir les différents domaines d’apprentissages. Le PECA s’étend tout au long de la scolarité d’un élève et s’enrichit des rencontres au fil des expériences vécues.

En quoi le PECA est-il novateur ?

Le PECA a pour principe de toucher tous les élèves de l’enseignement obligatoire. Il s’agit donc d’une volonté d’extension et de généralisation de dynamiques déjà à l’œuvre entre la Culture et l’Enseignement préalablement à sa mise en place. Par ailleurs, le PECA en tant que parcours se conçoit comme un tissage d’expériences culturelles et artistiques diversifiées, progressives et complémentaires tant du point de vue des domaines d’expression, des approches, des espaces et des acteurs envisagés. 

Le PECA, c’est quand ?

Depuis septembre 2020, le PECA concerne tous les élèves de la première maternelle à la fin du secondaire.

A qui s’adresse le PECA ?

A tous les élèves de l’enseignement obligatoire.

Qu’implique la notion de parcours ?

Un tissage (et non une simple succession) d’expériences culturelles et artistiques, dont certaines mailles peuvent être communes, mais dont le motif final sera propre à chacun.

Y a-t-il des budgets spécifiques au PECA ?

Pour 2022, un budget supplémentaire spécifique PECA de plus de 3,8 millions a été injecté. Il s’est dédié principalement (mais non exclusivement) aux écoles répondant aux priorités définies dans le décret PECA. Ce montant devrait atteindre plus de 7,6 millions à partir de 2030.

Que devient le budget de l’ancienne Cellule Culture-Enseignement ?

Ce budget est réinjecté dans le budget global de l’optimisation des dispositifs permanents ainsi que dans la mise en place de projets pilotes consacrés à des publics, des expressions ou des approches spécifiques.

Comment entrer dans le PECA que l’on soit enseignant ou opérateur culturel ?

Différentes possibilités :

  • Via la plateforme territoriale/ ses RC et son RS
  • Via le site PECA : ses ressources et outil ou son « matching »
  • Via des initiatives locales, régionales, provinciales…

Comment les enseignants peuvent être outillés pour donner le cours d’ECA ?

Diverses formations continues sont ou seront mises en place, notamment via l’IFPC pour l’inter-réseaux. La réforme de la formation initiale des enseignants est par ailleurs en cours. En outre, des outils et propositions inspirantes sont disponibles via le site eclasse.

La différence entre l’ECA et le PECA ?

L’ECA est le cours d’éducation culturelle et artistique du tronc commun et regroupe l’ensemble des domaines culturels et artistiques (dont l’éducation au Patrimoine, à l’image, à la culture scientifique et technique… mentionnés dans les référentiels du tronc commun). Comme tout cours, elle repose sur un référentiel. 4 périodes hebdomadaires y sont consacrées dans l’enseignement maternel, 2 dans l’enseignement primaire et secondaire. Elles sont dispensées par l’enseignant et peuvent englober des expériences vécues en contact avec des artistes-intervenants et opérateurs culturels.

Le PECA intègre le cours d’éducation culturelle et artistique (et le référentiel ECA associé) mais ne s’y limite pas, puisqu’il reprend également toutes les autres expériences culturelles et artistiques vécues par les élèves au sein d’autres cours.

Qui sont les acteurs du PECA ?

Différents postes et fonctions sont prévus pour soutenir les équipes éducatives dans leurs initiatives. Ces personnes peuvent être sollicitées pour apporter un soutien technique afin de mettre en œuvre des interventions de qualité :

  • le délégué PECA est un enseignant identifié au sein d'une équipe éducative sur base volontaire, dont la mission est de participer à la coordination du PECA. Dans certaines écoles, un enseignant peut être identifié comme relais pour faciliter la circulation des informations relatives au PECA.
  • les référents culturels sont des personnes-ressources se situant du côté des Pouvoirs Organisateurs (cellules de soutien et d’accompagnement), dont la mission est d’accompagner les enseignants et les équipes éducatives dans la mise en œuvre des interventions PECA.
  • les référents scolaires représentent un opérateur culturel ou groupement d’opérateurs culturels dont l’un des membres est désigné coordinateur et représente l’ensemble des opérateurs culturels. Il fait partie de la plateforme territoriale, qui apporte une expertise de terrain, informe les opérateurs culturels concernés, contribue au pilotage du PECA en récoltant des données relatives au PECA.
  • les opérateurs culturels et artistes sont des collaborateurs potentiels qui peuvent être contactés pour intervenir au sein de l'école ou dans leur propre structure avec un ou des groupe(s) d'élèves plus ou moins importants. Ils disposent déjà d'une offre artistique et culturelle qui, en collaboration avec les équipes éducatives, doit être personnalisée pour répondre aux besoins du PECA des élèves.

Citons également le Service de Pilotage du PECA du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui a pour mission d’initier et de faciliter les synergies entre les mondes de l’Éducation et de la Culture.

Des liens ont- ils été envisagés avec d’autres référentiels que celui de l’ECA ?

Le PECA est intrinsèquement transversal et concerne tous les cours de la maternelle à la fin du secondaire. Tous les nouveaux référentiels proposent des croisements avec des activités culturelles et artistiques qui permettent de renforcer la dimension culturelle des contenus des différents domaines d’apprentissage.

Est-ce que le PECA se limite au tronc commun ?

Le PECA va de la maternelle à la fin du secondaire car il est lié à tous les cours.  Par contre le cours d’ECA se limite au tronc commun même s’il s’intègre au PECA.

Quelle est la place de l’ESARH dans le PECA ?

L’ESAHR (les Académies de musique, arts de la parole et arts plastiques) est un acteur incontournable du PECA par sa double dimension pédagogique et artistique. Il est représenté au sein de chaque plateforme territoriale. Des projets pilotes sont par ailleurs menés et subventionnés depuis 2021-22 en partenariat avec l’ESAHR dans l’enseignement de plein exercice.

Le PECA se limite-il à deux expériences par année ?

L’objectif est que tous les élèves vivent au minimum 2 activités par année, dans et hors les murs de l’école. Aucune limitation n’est évidemment établie.

Quel est le rôle du Service de Pilotage du PECA ?

Le Service de pilotage du PECA, logé au Secrétariat général de la FWB a pour mission de :

  • Superviser et évaluer l’implémentation du PECA, c’est-à-dire de :
  • Monitorer son implémentation ;
  • Veiller à l’adéquation de la quantité et du contenu de l’offre culturelle aux priorités, stratégies et objectifs chiffrés définis dans le plan d’actions PECA…
  • Stimuler et  sensibiliser les différents acteurs
  • Assurer la médiation entre les différentes strates d’acteurs du PECA et veiller à leur coordination.
  • Innover et expérimenter par des projets laboratoires se dédiant à des publics, domaines et approches spécifiques.

Comment être répertorié sur le Centre documentaire ?

Pour qu'un artiste (personne physique) puisse figurer dans le CDoc il faut :

  • Un diplôme d’une école supérieure des arts OU
  • Une lettre de recommandation consortium OU
  • Une expérience subsidiée par l’Administration Générale de la Culture ou l’ex-Cellule Culture-Enseignement
  •  

Pour qu'un opérateur culturel (personne morale) puisse figurer dans le CDoc il faut :

  • Avoir participé à des activités subventionnées par l'ex- Cellule Culture-Enseignement OU
  • Etre reconnu par l’Administration Générale de la Culture OU
  • Etre reconnu par l'Administration générale de l'aide à la jeunesse (pour les organisation de jeunesse)
  •  

Si vous remplissez l’une de ces conditions et que vous souhaitez être répertorié sur le Centre documentaire, veuillez prendre contact avec Charlotte Moureau (charlotte.moureau@cfwb.be).

En tant qu’enseignant, à qui s’adresser pour concevoir un projet dans une école ?

Vous trouverez tous les contacts des référents culturels de votre réseau sous la section « référents culturels » du Centre documentaire.

En tant qu’artiste ou opérateur culturel, à qui s’adresser pour concevoir un projet dans une école ?

Vous trouverez tous les contacts des référents scolaires de votre zone sous la section « référents scolaires » du Centre documentaire.